Rodolfo Walsh



RODOLFO WALSH ( 9 janvier 1927  –  25 mars 1977 )

Argentin, écrivain, journaliste, militant, descendant d’émigrants irlandais, Rodolfo Walsh est né le 9 janvier 1927, à Lamarque, près de Choele-Choel, dans la province de Río Negro (entre Pampa et Patagonie). Il a et il est disparu (au sens propre et figuré), le 25 mars 1977 à Buenos Aires, dans une rue de Buenos Aires et dans les locaux de l’ESMA (École Supérieure de Mécanique de la Marine Argentine), l’un des principaux centres de détention, camp de concentration, de torture et d’exécution, durant la dernière dictature argentine, entre 1976 et 1983. Rodolfo Walsh, fait partie de très la longue liste des milliers de disparus argentins durant cette période.

Continuer la lecture de Rodolfo Walsh

UN FAIT-DIVERS À LE COURS EN 1842, SUIVI D’UN ÉPILOGUE DRAMATIQUE

« Chronique courtoise », n° 4

Photo récente (2023) de l’ancien presbytère de Le Cours

Un Fait-Divers à Le Cours en 1842, suivi d’un épilogue dramatique.

La commune de Le Cours a été créée en 1932, par dissociation de la commune de Molac, mais la paroisse date pour sa part de 1839. De fait, un curé (ou recteur) y a été installé à cette époque. À ma connaissance (sous réserve de démentis futurs), la plus ancienne trace dans la presse d’un événement à Le Cours remonterait à 1842, elle a trait à un fait-divers aux conséquences funestes.

Le samedi 26 mars 1842, un hebdomadaire, Le Morbihan, journal des intérêts du département, religieux, commercial, agricole, industriel, politique et littéraire [ouf !], de Vannes, relate un vol au presbytère de la paroisse, le dimanche précédent au détriment du recteur M. Robert alors qu’il officiait à la grand-messe dominicale, en présence de tous les occupants de la maison. Malgré des soupçons se portant sur deux étrangers à la commune, les coupables couraient toujours.

Continuer la lecture de UN FAIT-DIVERS À LE COURS EN 1842, SUIVI D’UN ÉPILOGUE DRAMATIQUE

Offices Terrestres

Présentation du carnet

Les études sur les médias et le journalisme comporteront des éléments sur la radiodiffusion et les médias plus généralement. Avec la publication de travaux anciens, des textes ou documents (diaporamas) de conférences données et à donner, contributions dans des manifestations scientifiques ou auprès de publics plus larges ; enfin des approches nouvelles nourries par les nouvelles bifurcations des médias fourniront la base de billets.

Un autre axe sera biographique à la fois autour d’un travail biographique en cours portant sur la vie et l’œuvre Rodolfo Walsh (1927-1977 – journaliste, auteur et militant politique en Argentine), mais aussi de personnages plus anonymes. Les résultats directement présentés pourront s’accompagner de réflexions et questions méthodologiques et éthiques portant sur le travail biographique lui-même. Ils pourront prendre la forme de retours d’expériences.

Un autre sous axe s’ouvrira à des commentaires plus rapides, mais analytiques, sur des problématiques d’actualité visant les usages et pratiques journalistiques et médiatiques ainsi qu’à des comptes-rendus de lectures.

L’histoire. Les premières recherches universitaires de l’auteur, alors étudiant, portaient sur l’histoire de la presse, à travers des études de presse. Comme un retour aux sources, il mène actuellement de nouvelles recherches portant sur la presse ancienne à partir des prodigieuses ressources en ligne disponibles, à commencer par celles du site Gallica de la BNF, mais aussi d’autres ressources locales (notamment celles mises en ligne par le département du Morbihan où il réside). La publication raisonnée, commentée et mise en perspective, d’extraits anciens de la presse sera le propos d’un des axes du carnet. Et entrera en résonance avec un dernier axe touchant l’histoire locale d’une petite région bretonne : Les Landes de Lanvaux dans le Morbihan.

L’objectif est de poursuivre et de faire connaître des travaux divers menés en sciences humaines et sociales, pour des spécialistes, des étudiants, mais aussi un public plus large, averti sans être érudit, curieux sans être spécialiste ni spécialisé.

De par sa nature « work in progress », le carnet Offices Terrestres visera aussi à structurer les recherches en cours et à les prolonger. Certaines d’entre elles en projet, ou en voie de publication classique, pourront être complétées, précisées à travers des billets associés (par exemple pour accueillir des bibliographies affinées, des liens hypertextes notamment vers des ressources, des documents iconographiques, multimédias complémentaires externes).

UN FÉMINICIDE À LE COURS (1873)

« Chronique courtoise », n° x

« Un crime atroce vient d’être commis au village de Quespal… »

Que l’on se rassure tout de suite, c’est arrivé en effet, mais ce fut il y a bien longtemps, il y a près d’un siècle et demi donc, à la veille de Noël 1873.

La presse locale s’en fit l’écho – mais aussi la presse nationale et quelques titres régionaux – dans les premiers jours de janvier 1874, puis plus discrètement à la mi- avril 1874 à l’occasion du procès et du jugement qui, sans tarder notons-le, s’en suivirent.

Le Journal des Débats Politiques et Littéraires, du 1er janvier 1874, reprenant les nouvelles qui lui sont parvenus depuis Questembert et à travers Le Journal du Morbihan, publie nationalement l’information. Elle est reprise ensuite dans divers journaux : Le Droit  (2/01/1874) ; Le Petit Moniteur Universel (3/01/1874)  ; Le Français et La Gazette de France ; L’Ordre de Paris et Le Siècle (4/01/1874) ; L’Écho Rochelais et L’Opinion Nationale (5/01/1874) ; Le Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire et La Presse (6/01/1874) ; Le Rappel enfin (7/01/1874), et d’autres peut-être.

On notera que la commune de Le Cours n’existant pas encore à cette époque, c’est toujours à Molac que sont rattachés Quespal et les événements qui s’y sont déroulés. D’un journal à l’autre, les éléments sont similaires, parfois plus ou moins précis. Voici ce qu’en disait le vénérable La Gazette de France 

« On écrit de Questembert, le 26 décembre, du Journal du Morbihan. Un crime atroce vient d’être commis au village de Quespal, commune de Molac.

Le sieur Jean-Marie Pelaud, cultivateur, avait épousé pour des motifs d’intérêt Charlotte Cléro, beaucoup plus âgée que lui ; de ce mariage était née une petite fille âgée aujourd’hui de quatre ans et demi.

Pelaud, dont la conduite était déplorable, faisait fréquemment subir à sa femme les insultes les plus grossières en même temps qu’il l’accablait de coups ; tout faisait prévoir une triste fin à ce ménage.

Lundi 21 décembre, le sieur Pelaud se précipita sur sa femme et la renversa au pied de l’échelle conduisant au grenier ; il frappa sa victime d’un instrument contondant, et s’acharnant sur elle, il lui broya la tête; ce crime accompli, il essaya de faire croire à une chute ; à cet effet, il brisa deux barreaux de l’échelle et mis sous le bras de la malheureuse un peu de foin ; puis il sortit, laissant au lit sa petite fille.

Le soir, vers neuf heures, il se présenta chez un voisin avec lequel il s’entretint quelques instants et rentra chez lui ; il en sortit bientôt et vint faire part de la mort de sa femme, qui, dit-il, s’était brisé la tête en tombant de l’échelle; cet odieux mensonge fut facilement confondu, et le maire de Molac fit prévenir le juge de paix de Questembert.

Mercredi matin, ce magistrat se rendit sur les lieux, assisté de M. Pessillé, médecin, qui n’hésita pas à attribuer à un crime la mort affreuse de la malheureuse Charlotte Cléro ; un bonnet taché de sang et trouvé sur un lit vint confirmer ces soupçons ; le mari fut arrêté et un télégramme fut adressé au parquet. Méresse, juge d’instruction, M. Eparvier, procureur de la République, MM. Fouquet et Passillé, médecins, se transportèrent dans la journée de jeudi sur le théâtre du crime.

Pelaud, qui avait d’abord nié, fut confronté avec sa victime ; il fit des aveux complets avec un cynisme effrayant, mais ne témoigna aucun repentir de son crime ; à deux pas de sa malheureuse femme, il mangea et but tranquillement tout en répondant aux questions qui lui furent posées, attitude déplorable qui indigna toutes les personnes présentes à cette scène.

Jean-Marie Pelaud n’est âgé que de trente et un ans ; il vient d’être dirigé sur la prison de Vannes. »

Quelques mois plus tard, le 15 avril 1874, Le Journal des Débats Politiques et Littéraires, dans son bulletin judiciaire, revient sur le crime en question. Nourri des précisions données lors du procès, le compte rendu précise la date des faits, sa chronologie, modifie l’orthographe du nom de l’assassin (Pelaud devient Pelot) et apporte des détails plus effrayants encore sur les circonstances et le déroulé des événements.

Le Journal des Débats, 15 avril 1874

« Jean-Marie Pelot, cultivateur, demeurant à Molac (Morbihan), avait épousé, il y a environ six ans, Charlotte Cléro, plus âgée que lui de quatorze ou quinze ans. Cette femme jouissait d’une certaine aisance, et Pelot n’avait pour but, en l’épousant, que d’obtenir qu’elle lui fît une donation de ses biens. Jusqu’à l’époque de la rédaction de cet acte, qui eut lieu le 1er mars 1869, la conduite du mari vis-à-vis de sa femme ne parait pas avoir été répréhensible ; mais, à partir de ce moment, son attitude changea complètement. Il la délaissa et il l’accabla continuellement d’injures et de mauvais traitements. En 1871, ces actes de violence prirent un tel caractère de gravité que sa femme résolut de s’y soustraire. Elle vint trouver d’abord le juge de paix afin de porter plainte, puis elle se rendit à Vannes pour intenter un procès en séparation de corps. Elle eut soin, en même temps, de révoquer la donation qu’elle avait faite en faveur de son mari. Celui-ci, ignorant cette dernière circonstance et craignant sans doute qu’elle ne vînt à se réaliser, fit à sa femme des promesses d’amendement à la suite desquelles il y eut une réconciliation entre les deux époux. Mais les scènes de violences et d’injures recommencèrent bientôt. La femme Pelot supportait tout sans se plaindre ; c’est à peine si, dans les derniers temps, elle faisait quelques confidences à ses parents. Le 22 décembre 1873, vers neuf heures et demie du soir, Pelot, qui avait été absent tout le jour et qui n’était rentré que depuis peu de temps à son domicile, sortit de la maison en criant ; il annonça à ses voisins qu’il venait de trouver sa femme morte. En effet, le corps de Charlotte Cléro, reposant sur le côté droit, gisait dans un coin obscur de sa maison au pied d’une échelle conduisant au grenier. Toutes les parties molles du côté gauche de la face avaient disparu, l’os de la pommette était brisé; à l’occiput, on remarquait une vaste plaie conluse correspondant à une fracture de cette partie du crâne, et le cou de la victime, ecchymosé et éraillé, portait des traces évidentes de pression. Pelot s’empressa de faire remarquer aux voisins accourus qu’un des barreaux supérieurs de l’échelle était déboîté du montant et un autre brisé, que ces barreaux avaient dû céder sous le poids de Charlotte Cléro, et que celle-ci s’était sans doute fracassée le crâne en tombant. L’opinion publique ne s’égara pas un instant sur les causes de cette mort, et de même qu’avant le 22 décembre les voisins disaient : « Pelot tuera sa femme », de même, après la découverte du cadavre, presque tous n’hésitèrent pas à penser que c’était lui qui avait tué sa femme. L’accusé, néanmoins, repoussa tout d’abord de la manière la plus énergique les soupçons qui s’élevaient contre lui. Confronté avec le corps de sa victime, Pelot ne manifesta aucune émotion. Bientôt, en présence des charges qui s’élevaient contre lui, il se décida à entrer dans la voie des aveux. Il raconta alors que, dans la matinée du 22 décembre, il avait eu une altercation avec sa femme, et que, irrité contre elle parce qu’elle lui reprochait de rechercher les jeunes filles, il l’avait renversée d’un coup de poing, l’avait ensuite frappée à la tête à coups de pieds chaussés de sabots et n’avait pas tardé à achever sa victime.

Pour expliquer les meurtrissures que Charlotte portait à la gorge, il déclara qu’il avait saisi celle-ci par le cou, alors qu’elle respirait encore, afin de la traîner jusqu’au pied de l’échelle, près de laquelle le cadavre avait été découvert. Il ajouta qu’il avait alors disposé le corps et préparé l’échelle de façon à faire croire à la possibilité d’un accident. Dans un troisième interrogatoire, Pelot a reconnu que, n’étant pas certain que sa femme eût cessé de vivre, il lui avait, à plusieurs reprises, frappé la tête contre la grosse pierre qui a été retrouvée près de l’échelle. Pendant la confrontation avec le cadavre, Pelot a montré un cynisme qui dépasse toute mesure. Il n’a manifesté aucune émotion ; il a même demandé des aliments qu’il a mangés avec une parfaite tranquillité, en ayant sous les yeux le corps de sa victime.

À raison de ces faits, Jean-Marie Pelot vient de comparaître devant la Cour d’assises du Morbihan sous l’accusation d’assassinat. Il a été condamné à la peine des travaux forcés à perpétuité. »

Le site de généalogie Geneanet permet d’obtenir d’autres informations.

La victime Charlotte CLÉRO, fille de Julien CLÉRO (1790-1869) et Françoise GUÉNÉGO (ca 1787-1859) était née le 8 décembre 1824 à Quespal et elle est décédée le 22 décembre 1873 à l’âge de 49 ans. (ses voisins François POISSEMEUX, 27 ans et Jean GUEHO, 48 ans, tous deux laboureurs ont attesté ce décès).

Elle avait pour frère et sœurs Marie-Josèphe CLÉRO (1814-1892) ; Julien CLÉRO (1817- ?) ; Pierre CLÉRO (1819-1841) ; Jean CLÉRO (1822- ?) ; Perrine CLÉRO (1827- ?) et Augustin CLÉRO (1830- ?)

Son union avec Jean-Marie PÉLOT (né le 29 mars 1840 à Muzillac, Morbihan) date du 15 juillet 1868, à la mairie de Molac, en présence de : Jean-Marie JARNIGON, 30 ans, laboureur, ami ; Augustin CLERO, 36 ans, laboureur, beau-frère de l’épouse ; Noël LE BRUN, 45 ans, laboureur, beau-frère de l’épouse ; Julien LANGLAIS, 36 ans, laboureur, ami.

ÉPILOGUES :

Les articles de presse mentionnent une enfant née de ce mariage. Il s’agissait de Marie Julienne PÉLOT, née le 29 avril 1869 à Quespal. Elle survécut au drame, grandit et vécut comme cultivatrice et ménagère à Molac. Elle se mariât le 23 septembre 1894, avec Jean-Marie GAIN et ils eurent quatre enfants : Marie Josèphe GAIN (1896-1956) ; Marie Rosalie GAIN (1898-1898) ; Joachim Jean Marie GAIN (1899-1952) et Marc Marie Julien GAIN (1901-1954).

Quant à l’assassin, Jean-Marie PÉLOT, condamné aux travaux forcés à perpétuité, il fut déporté en Nouvelle-Calédonie et, après plus de 16 ans de détention, c’est au bagne de Pouembout-Koniambot qu’il meurt, le 6 août 1891 à l’âge de 51 ans. Décès inscrit sur le registre de l’état civil de Molac le 13 décembre 1891.

[Sources : Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/accueil/fr/ ; RetroNews : https://www.retronews.fr/ et Geneanet : https://www.geneanet.org/ ]

Carnet de recherches et de publications de Jean-Jacques Cheval

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search